IMMERSION

-

Lieu: Sommet du Mont-Royal, Montréal

Client: Musée des Beaux-Arts de Montréal

Phase: Esquisse / Concours

Secteur: Concours régional

Crédit photos: n/a

Prix & Distinction: Finaliste

-

INSPIRATION

Structurant l’enceinte de « la Chambre » dans le parc du « sommet d’Outremont », la présence d’une forêt de chênes, rares à Montréal, s’avère la source d’inspiration pour le concept de cette œuvre d’art public. Une réinterprétation des écailles présentes sur les glands de l’arbre nous a permis de réaliser une recherche formelle, artistique, structurale et numérique et constitue la base de la composition de l’œuvre.


CONCEPT

L’expérience débute dès l’arrivée sur la plaine. Attenantes à ce paysage uni, des boucles de différentes tailles sont disposées vers des lignes et des points distincts de manière à nous amener à penser et vivre une expérience intérieure contemplative. En s’entrecroisant et s’enroulant sur eux-mêmes, les anneaux structurent « le Vestibule », créant ainsi un appel chez les promeneurs. Accessible par un sentier émergeant de « la Plaine », ce passage sculptural dirige la vue vers « la Chambre ». Le chemin sinueux continue à travers « le Portail » jusqu’à la clairière. Enfin, se retournant sur lui-même, le sentier dévoile une forme sculpturale emblématique et introspective au centre d’une chambre discrète. Ici, la « Folie paysagère » tire profit de la beauté naturelle de l’espace de « la Chambre », créant ainsi un lieu intime qui invite à la réflexion, propose une pause et un moment de quiétude.


EXPÉRIENCE


Le Sentier

Il représente une ligne fluide qui se déploie à travers le site historique du « sommet d’Outremont ». Le sentier minéral crée un lien entre « la Plaine », « le Vestibule » et « la Chambre». Tel un fil conducteur, le chemin accompagne le promeneur à travers différentes expériences sensorielles du paysage.


Le Portail

Il se compose de deux ou trois bandes métalliques lumineuses, légèrement espacées entre elles. Un motif aléatoire, inspiré de l’agencement des écailles d’un gland et développé à travers l’usage d’un logiciel de design paramétrique, est appliqué et découpé sur chacun des rubans qui forment le « Portail ». Les rayons lumineux qui cheminent à travers les bandes, les interstices et les ouvertures plus ou moins larges, créent un jeu d'ombres et de lumière en constante évolution. Une composition minérale variée au sol complète chaque bande le long du sentier. Le « Portail » signale et invite également les usagers à découvrir le paysage de « la Chambre», tout en assurant une expérience sculpturale intime une fois entré dans un « Vestibule » tout neuf. Finalement, les anneaux du portail encadrent la « Folie paysagère » dans un sens et les vues sur la ville de l'autre.


La Folie Paysagère

Au départ, notre idée était de créer d'une œuvre artistique pavillonnaire en dialogue avec le site, le paysage et qui s'articule comme une folie architecturale; une structure ouverte située au centre du cadre agricole de « la Chambre ». En développant le concept, il est devenu important que la forme de l’œuvre soit plus minimale, plus naturelle et plus proche du sol : une intervention qui rehausse et met en premier plan les qualités naturelles du site de façon à offrir aux visiteurs un refuge apaisant et un lieu enchanteur. Le « Sentier » délimite une placette ovale, essentiellement minérale. L’élément central, un banc sculptural, épouse des formes courbes et sinueuses, parfois convexes et concaves, tout en offrant diverses possibilités d’appropriation. Le revêtement au sol de la placette rappelle la matière des sentiers qui forment les nombreux chemins du parc du Mont-Royal. La placette est adossée à un nouveau talus naturel façonné de manière à encadrer celle-ci. Le remblai, sculpté en une courbe simple, est végétalisé de part et d’autre. La face intérieure du talus exprime un motif épuré, inspiré des écailles de la cupule du gland de chêne. Le tracé des écailles est marqué par de larges bordures en aluminium qui se poursuit sur le sol de la placette ovale.La « Folie paysagère » est un geste déterminant qui définit et identifie cet espace vert. Elle encourage non seulement la contemplation d’un site naturel exceptionnel, mais aussi le jeu, l’exploration sensorielle, la rencontre, l’appréciation de la nature ainsi que la surprise émotionnelle.


Les Saisons

Au Québec en particulier, les interventions changent avec les saisons. En hiver, la « Folie paysagère » apparaîtra, puis disparaît sous les formes éphémères de la neige. Quant au « Portail », il restera toujours visible et accessible sur le promontoire.


Intégration de l'oeuvre au Mont-Royal

La nature caractéristique du mont Royal est mise en valeur par des gestes sculpturaux et paysagers. Sensible à un site patrimonial, l’œuvre intègre harmonieusement l’art à la nature. Elle renforce également plusieurs objectifs de Frederick Law Olmsted, soit d’offrir une expérience variée dans un cadre naturel et de contribuer à une « expérience réparatrice du parc urbain ». Créative, narrative et expérientielle, l’œuvre invite à des vues saisissantes de Montréal et de la montagne. Elle insuffle l’esprit spécifique du lieu et transforme l’espace public en une expérience personnelle. C’est surtout une cohabitation unique et sensible entre l’art et nature.

Using Format